Venezuela

Les Juifs marocains au Vénézuela

Dès la fin du XIXe siècle, des petits commerçants originaires de la zone espagnole du Maroc, viennent s’installer au Venezuela. Ils se retrouvent dispersés un peu partout dans le pays et connaissent une assimilation rapide, sauf à Caracas.

Dans les années 1950, puis entre 1960 et 1970, de nouveaux arrivants chercheront aussi à bénéficier des conditions de vie offertes par ce pays en pleine croissance économique. Ils y trouvent une communauté très structurée, bien intégrée et dynamique.

Aujourd'hui, ils sont au nombre d'environ 5 000 à 6 000 personnes, en grande partie originaires de Tétouan, dont le noyau le plus dense se retrouve à Caracas, la capitale.

La première vague migratoire pratique essentiellement le commerce, le négoce du café et du cacao, des tissus et des autres ressources naturelles du pays à partir desquelles ils montent des réseaux d’import-export.

Par la suite, le boom pétrolier vénézuélien contribuera à leur prospérité. La participation des Juifs marocains à la vie économique du pays ne se limite pas pour autant au commerce et à l’industrie (industrie textile, du froid, du meuble, etc.).

Ces secteurs ont progressivement perdu leur prédominance au profit des professions libérales et des services et l'on compte aujourd'hui un grand nombre d'universitaires, d’avocats, d’ingénieurs, de banquiers et de spécialistes des nouveaux métiers de la communication.

37 sur 40